Actualités région Sud Ouest

ATTAQUE contre la SNCF et les Cheminots

ATTAQUE contre la SNCF et les Cheminots

Union Départementale Cgt de la Haute-Garonne

Bourse du Travail 19 Place Saint Sernin CS47094 31070 TOULOUSE Cedex 7  Tel : 05-61-21-53-75 Fax : 05-61-22-73-88  mail : ud@cgt31.fr

 

     

 

 

A toutes les bases


L'Attaque contre la SNCF et les cheminots ne doit pas passer !!


Chères, Chers Camarades 

L'attaque d'envergure contre la SNCF et nos camarades Cheminots ne doit pas effacer toutes les autres attaques contre les salariés du public et du privé. Toutefois, on ne peut ignorer qu'après la fonction publique, elle fait l'actualité du moment avec un déchaînement médiatique insupportable. 

On ne peut ignorer qu'après les autres grandes entreprises publiques, il s'agit du dernier grand fleuron, gage de l'intérêt général et d'une société de justice sociale et solidaire qui est menacé concrètement de disparition .

Les luttes ne s'opposent pas, elles se renforcent en se nourrissant mutuellement. Pour cette raison, l'UD vous appelle à vous saisir du document ci-joint diffusé cet été par nos camarades cheminots. Il peut vous aider au débat et à établir la vérité avec des arguments,  auprès des syndiqués et des salariés, y compris pour la convergence avec vos propres revendications et vos propres luttes.

Tous ensemble dès le 8 Mars, le 15 mars et le 22 Mars !!

 

Le bureau de l'UD


Quelques éléments du journal

Il s'agit d'une opération vérité sur l'état réel de la SNCF dont les difficultés viennent du fait qu'elle fonctionne déjà comme une entreprise du CAC 40. Ce qui veut dire de fait, que l'ouverture à la concurrence et la privatisation ne peuvent qu'aggraver la situation pour les citoyens de notre pays.

Vous lirez le scandale de la dette entretenue volontairement car elle  "gave" les banques avec notre argent ! Cette dette entretenue avec des investissements douteux dans  plus de 1000 filiales  (vous avez bien lu) réparties  dans 120 pays, dont le réseaux des bus de la ville de Boston aux Etats Unis .

Exemple emblématique de la casse politique et idéologique du service public de la SNCF: la direction a englouti 170 millions d'euros dans sa filiale OUIBUS ( les fameux bus macron) afin de continuer de casser les prix des trajets et ainsi  "casser" les lignes SNCF  jugées non rentables. Les gens "se tapent" 12 heures en bus en pensant payer moins cher, mais ce sont les voyageurs en train qui paient la différence!! La deuxième étape après la fermeture des lignes SNCF, sera l'explosion du prix direct  du billet. C'est de la délinquance pure et dure!

Vous lirez le scandale des Partenariat Public/privé qui "crèvent" la SNCF et font exploser le prix des billets pour cause de péages exorbitants (+ 30% en dix ans) qui gavent VINCI et consort.  Ils sont par exemple une des cause importante  de la grande pane suivie de la grande pagaille de Montparnasse fin 2017. 

Vous lirez que la SNCF est le plus gros transporteurs routier français avec sa filiale GEODIS et qu'il organise la concurrence interne avec le ferroviaire !! Nicolas Hulot,  Ministre de tutelle de la SNCF  est loin de Ushuaia  et de la protection de la planète !



Vous lirez que le statut des cheminots a d'abord été imposé aux compagnies privées par l'Etat  au motifs  " qu'elles devaient avoir un nombre d'employés suffisants pour garantir la sécurité des circulations. Dans cet objectif de sécurité, chacun devait avoir un haut niveau de formation et une durée de travail limité". Et en 2018, ce ne serait plus le cas sous prétexte que la SNCF est publique et appartient à la nation?   Le statut n'est pas un privilège, il est une garantie pour les usagers et les cheminots ! 

Parler de statut pose une question: pourquoi des jeunes  viennent de Lille dans le nord pour tenter un concours de recrutement à Toulouse et ensuite, font le tour de France des concours ?? Parce que eux d'abord et leur parents qui se saignent,  n'ont pas envie d'une  CCD à vie pour le SMIC ! A la SNCF la  supression massive d'emplois comme partout dans le privé et le public, organise le dumping social de la sous traitance pour faire baisser la masse salariale. 

Enfin, le régime spécial de retraite des cheminots doit s'équilibrer par la politique de l'emploi et ne relève pas du financement par les contribuables comme il est dit !!

Face à cette attaque les cheminots ont un contre projet à faire partager aux usagers mais également à toutes les branches et syndicats de la CGT.
 

https://www.facebook.com/LaCgt31/

+ groupe : les adhérents de la Cgt31 (demandez votre inscription)

http://www.cgt31.fr/

https://plus.google.com/+CommunicationCgt31/posts/p/pub

RMP - 19 Place St Sernin 31000 Toulouse

 


La ville d'Aurillac a choisi Engie Cofely

La ville d'Aurillac a choisi Engie Cofely

UNE PREMIÈRE RÉSIDENCE ADOPTE LE RACCORDEMENT AU RÉSEAU DE CHALEUR AU BOIS À AURILLAC

CANTAL La copropriété aurillacoise Plein Soleil et ses 110 logements dans le quartier de Marmiers est la première à signer le raccordement au réseau de chaleur au bois.

La ville d'Aurillac a choisi Engie Cofely pour exploiter son nouveau réseau de chaleur au bois dans le cadre d'une délégation de service public.


Engie Cofely : Quand pétrole rime avec écoquartier

Engie Cofely : Quand pétrole rime avec écoquartier

Le projet d'l’écoquartier des Portes du Pyla à la Teste-de-Buch (Gironde), dans le bassin d’Arcachon, est l'un des trois nominé des trophées de la transition énergétique, dans la catégorie énergies renouvelables.


La ville d'Aurillac va se chauffer au bois

La ville d'Aurillac va se chauffer au bois
Engie Cofely gérera le réseau de chaleur bois d’Aurillac dans le cadre d’une délégation de service public. Avant d’envisager les travaux, Engie Cofely va démarcher les clients potentiels pour s’assurer de la viabilité du projet.

 

Dans les cartons municipaux depuis 2009, le projet de création d'un réseau de chaleur bois entre - enfin - dans sa phase active. Jeudi après-midi, Pierre Mathonier, maire (PS) d'Aurillac, et Pascal Ghielmetti, directeur régional d'Engie-Cofely, ont signé le contrat de délégation de service public pour la gestion du réseau.

Il s'agit de créer un chauffage central à l'échelle de la ville destiné à couvrir, sur certains quartiers d'Aurillac, les besoins en chauffage et en eau chaude sanitaire pour l'équivalent de 3.500 logements. Ce réseau sera alimenté par une chaufferie d'une puissance de 27 Mégawatt (MW), dont deux chaudières bois-énergie de 9,4 MW. Sur les 45.000 Mégawatt heure (MWh) produits annuellement par la chaufferie, près de 90 % le seront à partir du bois.

Cette chaufferie, qui sera construite au niveau du site de l'Yser, sera exploitée pendant vingt-quatre ans par Engie Cofely, via sa filiale Aurillac Chaleur Bois (ACB) créée pour construire et exploiter ce nouvel équipement. Elle desservira un réseau de canalisations souterraines de près de 15 km. Une chaudière au gaz sera également installée pour les pics de froid et de consommation.

114 bâtiments pourraient être raccordés

Si ce projet est désormais sur les rails, il entre aussi dans sa phase la plus compliquée, selon Pierre Mathonier. Au cours des douze prochains mois, le délégataire va devoir convaincre les clients potentiels pour assurer la viabilité du projet, estimé à 17 M€ hors taxes. « La phase de pré-contractualisation sera déterminante pour passer à l'étape suivante », indique le maire. « Mais il nous appartient de réussir ce défi pour le bassin d'Aurillac et particulièrement pour les locataires des logements sociaux qui voient le poids des charges augmenter d'année en année. »

Ce sont 114 bâtiments aurillacois qui ont été identifiés en vue d'un raccordement à ce réseau de chaleur : des logements sociaux, des bâtiments communaux (groupe scolaire, centre social, crèche…), des établissements de santé (comme le centre médico-chirurgical de Tronquières) et environ 55 copropriétés. Soit une consommation globale d'énergie de 40 GWh par an.

 

Moins coûteux
et moins polluant

Le directeur régional d'Engie Cofely ne doute pas de la réussite du projet, qui sera viable si neuf bâtiments sur dix choisissent leur raccordement. « Le choix d'une chaufferie bois, une énergie locale et renouvelable, va permettre de fournir une énergie qui garantira aux abonnés une chaleur à un prix compétitif et stable puisque déconnecté des fluctuations des prix des énergies fossiles. »